La justice

  • Mort Violente !

Démobilisés, Les soldats Napoléoniens revinrent dans leur foyer avec leur armement, ce qui causa bien des drames.

Mort violente

 

  • La Justice !

Vols, coups et blessures, escroquerie, le tribunal de Mortain condamne.

La justice

 

  • Atteinte à l’honneur

Rien ne va plus entre Michel Anger, meunier au moulin de Buais, et Guillaume Loton, meunier au moulin de Gillaut, un médiateur est nommé !

Atteinte à l’honneur

  • Meurtre à Buais

Une haine terrible animait ces deux familles nobles de Fougerolles, les Goué et les de la Hautonnière.

Meurtre à Buais

  • Dégradations

Le cabaret devenu par la suite le bistrot était un lieu de rencontre ou parfois les esprits échauffaient régler leurs différents à coups de poings. Pas de moyen rapide d’avertir la gendarmerie du Teilleul alors c’est le cabaretier qui mettaient ces agités dehors.

Dégradations

 

  • L’affaire Lemardele

N’entendant pas le coup partir et pensant que la mèche était éteinte, je quittai ma place et revins près du canon pour allumer de nouveau la mèche…

L’affaire Lemardele

 

  • Rixe à la chasse

Au 19ème siècle les règlements de comptes entre chasseurs se faisaient sur le terrain, injures, coups de pieds, coups de poings, coups de crosse ou de canon et parfois se terminaient par un homicide !

Rixe a la chasse

 

  • Exercice illégal de la médecine

Dans le cas où le docteur tardait à venir et que l’enfant à naitre se présentait, on allait chercher une femme surnommé la matrone qui pratiquait illégalement l’accouchement même voir l’avortement.

Exercice illégal de la médecine

 

  • Vol à l’abbaye de Savigny

Au 18ème siècle la sentence était lourde pour des méfaits de vol ou de recel, le prévenu était marqué au fer rouge sur l’épaule, pour des faits plus graves il était expédié aux galères du roi qui consistait à ramer jour et nuit tout le temps de la peine, attaché à par un chapelet de fer et parfois jusqu’à perpétuité.

Vol à l’abbaye de Savigny

 

  • Attentat à la pudeur

Rien ne fut prouver dans cette affaire de mœurs, elle fut qualifiée d’attentat à la pudeur avec violence, mais la sentence a aboutie à un non-lieu.

Attentat à la pudeur

 

  • Incendie au château de St – Symphorien

Le 20 juillet 1916 vers 4h du matin Charlotte Picot, cuisinière au château est réveillée par des craquements, très vite debout elle donne l’alerte, la toiture du château est en flamme.

Incendie au château de St Symphorien

 

  • Homicides

Dans ces époques reculées,mieux valait ne pas s’écarter de son chemin, pas question de se plaindre pour les faibles il fallait subir ! Mais lorsque qu’il y avait un crime de sang, la sentence était expéditive.

Homicides